1879 logo

  • Masters at work - hero

MAÎTRES AU TRAVAIL 

Birks souligne l’héritage magique des perles de Tahiti en jumelant une expertise et un savoir-faire à un design avant-gardiste.

 

  • Masters at work - widget 1 - image
  • SOMBRE, LUSTRE, SÉDUISANTES - Les perles de Tahiti sont depuis longtemps un objet de désir pour leur rareté et le pouvoir de leur beauté. Leurs nuances de gris argenté, mauve, aubergine et même noir anthracite sont comme un éclairage de cinéma pour le visage.

    « Ils complimentent plus de tons de peau car ils reflètent tant de teintes et ont plus de nuances que les autres types de perles », explique le partenaire en approvisionnement en perles de Birks.

    Cultivées dans les lagunes et les atolls d'eau salée de la Polynésie française, seulement cinq à 10% des perles de culture de la région sont suffisamment rondes pour être utilisées, ce qui les rend rares et encore plus difficiles à assortir pour les colliers et autres types de bijoux. Ils se présentent sous de nombreuses formes autres que rondes, notamment ovale, bouton, annelé ou cerclé, irrégulier (appelé baroque) et poire.

    Aujourd'hui, les experts en perles de Birks discutent de leur Saint-Graal - la recherche de deux perles de Tahiti de 13 mm de large de couleur pistache qu'un client canadien aimerait se procurer comme boucles d'oreilles. Treize millimètres est très important pour les perles de culture, même si les huîtres de Tahiti sont plus grandes que les huîtres japonaises Akoya. « Trouver une perle de couleur pistache de cette taille et de cette couleur est déjà assez difficile, mais en trouver deux qui correspondent ? » dit Darlene Dennison, directrice du développement de produits chez Birks. L'équipe est à la chasse depuis trois ans, passant discrètement des coups de fil et gardant l’œil ouvert. Mais Mère Nature ne prend pas de commandes. Il n'y a pas de passe-droit sur sa liste d'attente.

  • Lorsque les producteurs de perles jugent une huître à lèvres noires prête pour la culture, ils ouvrent la coquille et implantent chirurgicalement un petit morceau de coquille de nacre pour agir comme un noyau. La présence de ce corps étranger stimule la création d'une substance irisée appelée nacre à l'intérieur de l'huître. La nacre durcit autour du noyau, prenant trois à quatre ans de plus dans l'eau pour créer une perle. Tant de choses peuvent ne pas se dérouler comme prévu, que ce soit les conditions météorologiques, les algues et la température de l'eau. Pourtant, les producteurs de perles ne se laissent pas décourager.

    « Les Tahitiens appellent leurs perles un cadeau de Dieu », note Nobile, tenant un écheveau de perles sombres, brillantes et non enfilées. Il est facile de voir comment ils ont eu cette croyance.

    Une fois que ces perles ou toute autre précieuse - eau salée ou eau douce - sont achetées, Birks s'appuie sur une équipe montréalaise de maîtres qui trient, assortissent, forent et enfilent celles destinées à porter l’étiquette Birks tant convoitée. Les beautés bivalves sont envoyées à l'atelier de design Birks, également à Montréal, où elles sont transformées en pièces à couper le souffle, en pièces modernes - même décontractées - et bien plus encore.

    En effet, les perles blanches sont devenues un essentiel de la garde-robe au cours de l'histoire de la marque. Elles sont le t-shirt blanc des bijoux. Elles vont avec tout, style habillé ou décontracté. Elles ont du romantisme, de la tradition et de l'élégance.

  • Masters at work- widget 2-image
  • Masters at work - widget 3 - image
  • Cela est dû en partie à l'avènement de la culture de la perle à grande échelle il y a environ 60 ans, qui a donné l’opportunité à plus de femmes d'accéder au joyau classique. La plupart des perles Birks, y compris les Tahitiennes, proviennent de ventes aux enchères silencieuses au Japon, où elles sont vendues en lots triés par la vaste gamme de régions, tailles et couleurs.

    Alors qu'un collier ras-de-cou de perles ou un plus long collier de perles est un classique qui ne se démodera jamais, les clients sont de plus en plus attirés par des pièces qui combinant les perles avec de l'argent au lieu de l'or pour un look plus urbain. Les initiés de l'industrie ont une phrase pour ce changement de préférence de l'or vers l'argent: « les métaux ont bougé. »

    Birks a renouvelé le plan directeur de la marque alors que ces métaux bougeaient, créant ainsi les collections Pebble & Pearl et Rock & Pearl, toutes deux en argent. Celles-ci sont très accessibles avec un prix de base de 225 $ pour des boucles d’oreilles en perles d’eau douce et un look audacieux qui intéresse les milléniaux commençant une relation avec les perles qui est différentes de celle de leurs mères et grand-mères suggère Dennison.

    Cela ne veut pas dire que les designs n’incluent pas l’histoire de Birks. Ces clous que vous voyez dans la collection Rock & Pearl? Ils sont plus qu’un clin d’œil générique au mouvement punk. En fait, ces clous sont inspirés des portes signatures de sa boutique phare du Square Phillips à Montréal.

    « Vous ne vous attendez pas à ces éléments avec de l’argent mélangé avec des perles mais les deux éléments ensemble sont frappants. C’est ça la magie » dit Dennison.

  • pearls row

Encouragé par le succès de cette ligne, il y a un focus renouvelé sur les perles d’eau douce dans la compagnie. En effet, lors de ma visite, les panneaux de tendances dans le studio de design sont couverts de multiples rendus de la collection Rock & Pearl. Un plateau de prototypes de pièces audacieuses créés par une imprimante 3D se trouve sur une table voisine. Pas tous ces prototypes vont se retrouver sur le plancher de vente.

 

Des 20 nouveaux designs, seulement 10 d’entre eux vont finir en production, explique Frigon. Il y a des plastrons, des bagues deux doigts et des bracelets.

 

Travailler avec des perles est très différent compare aux autres pierres précieuses. Leur texture est plus douce donc elles peuvent s’égratigner en les combinant avec d’autres pierres et éléments.

 

  • Masters at work - banner 2

L’équipe est également prudente lorsqu’elle travaille avec les signes distinctifs de la marque tel que le fermoir élégant utilisé sur ses rangs de perles. Lorsque la popularité pour les perles a éclaté dans les années 80, Birks a commencé à utiliser son logo sur ce fermoir en y ajoutant des diamants et deux saphirs. Les fermoirs sont fabriqués par une compagnie allemande vieille de 300 ans qui sert l’élite européenne et les dynasties.

 

« Nous travaillons présentement à réinventer les fermoirs afin qu’ils soient plus modernes » dit Frigon. « Nous voulons qu’ils soient intégrés dans le rang en question pour qu’ils sembles moins séparés. » (Avis aux puristes; les fermoirs continueront à être fabriqués par le même manufacturier.)

 

Entre-temps, l’équipe est préoccupée par une mission créative excitante. Birks est en train de créer un collier à plusieurs rangs en perles et en diamants qui fera ses débuts sur le cou d’une célébrité canadienne. Dans ses derniers stades de production, le design est en transformation avec des pierres précieuses qui sont ajoutés afin d’assurer un effet de surprise.

 

Il représentera une nouvelle itération d’une remarquable odyssée qui commence dans la coquille d’une huitre, voyage à un encan au Japon, passe à travers les mains d’experts et finalement se retrouve sur le tapis rouge.

 

« C’est un temps excitant d’être dans le secteur des perles, » proclame Akkelian. « C’est un nouveau monde. »